top of page

Emmanuel, 2020




Pitch pour film de série B, moyen métrage



Journal télévisé :

«Scandale L.H.O.O.Q.: le médicament fortement addictif, prescrit pour maladies auto-immunes, aurait pour effet secondaire des crises de parasomnie chez les plus de 50 ans. Les autorités médicales prescrivent le P.Q.O.K.K., déjà en rupture de stock. Les entreprises pharmaceutiques se mobilisent.


Les somnambules deviennent le principal vecteur de transmission du Corona virus. 

Les forces de l’ordre, non protégées pour cause de pénurie de masques et de gants, sont maintenant à court d’effectif. Tant bien que mal, le couvre-feu est maintenu. 


Le gouvernement a eu recours à l’article 49.3 pour faire passer le projet de Loi Némo permettant l’incarcération immédiate de tout contrevenant au couvre-feu.


Suite aux nombreuses rafles, dépassant les capacités des centres de détention fermés, les cars FlixBus et les établissements scolaires sont réquisitionnés. »


Plans successifs de ramassages musclés sur la voie publique de personnes âgées en pyjama,  parquées dans des camps, sanglées dans leurs dortoirs. Gros plan sur un Labrador Retriever-Griffon qui couine, attaché à un lampadaire.


Emmanuel se réveille, sa femme n’étant plus à ses côtés dans le lit conjugal. L’a-t-elle quitté pour rejoindre un amant? A-t-elle eu un nouvel épisode de somnambulisme ? Les lignes téléphoniques sont saturées, les sites répertoriant les arrestations nocturnes ne sont plus mis à jour.


Emmanuel, inquiet, enfile un costume Jonas & Cie froissé, une paire de Winston, et quitte son loft parisien cossu à la recherche de sa femme.


Au cours de ses errances, il croise des somnambules, dont un nu descendant l’escalier, un travesti démaquillé, un borgne sans son œil de verre, … Emmanuel tente d’en réveiller certains, y parvient parfois puis renonce, dépité par leurs témoignages oniriques, inintelligibles ou abscons. S’entrecoupent des rencontres avec une prostituée, qui lui propose une fellation « mes capotes filtrent mieux le virus que des masques ffp2 » , un homme cherchant son chien Atchoum, un épicier de nuit philosophe, une illuminée déambulant avec un sac-à-dos / sound-system diffusant du David Charvet pour sauver les endormis, une schizophrène ressemblant de loin à sa femme et se prenant pour Maman Brigitte, l’iwa des morts vaudou, agressant avec un poulet noir les noctambules dans les rues.


Emmanuel finit par admettre que sa femme a vraisemblablement été raflée.


Au lever du soleil, Emmanuel se dirige d’un pas hagard et léthargique vers l’école maternelle de son quartier où les forces de l’ordre l’interpellent.


Les portes de l’école se referment derrière eux. La caméra s’élance dans les airs, survolant l’inscription taillée dans la pierre des valeurs républicaines.


Fin




Le générique remercie la mairie de Paris, la police municipale, Flixbus et l’école maternelle Saussure. Les acteurs sont amateurs, excepté Vincent Macaigne, qui interprète le rôle d’Emmanuel.


La bande originale est composée par Samuel Moncharmont.


Les morceaux de musique additionnelle sont, par ordre de diffusion, :

« Night out », de François Virot

 « Bugarach » de Clara Clara

« Morsures » de Matthieu Schmittel

« Should I leave » de David Charvet

 « Helen’ theme » de Philip Glass

« La Rue Principale De Grandrif » de Société Etrange

« Voyage voyage » de Kurk Larson

« Une expérience esthétique : l’aurore » de Quentin Maussang

 « Medecine » de François Virot accompagne le défilement du générique.

Commentaires


bottom of page